Elle accepta son baiser du bout des lèvres, les nerfs à fleur de peau, soulagée qu’il s’en aille enfin. Pourtant elle se faisait une joie de passer la soirée avec Julien. Ils s’étaient rencontrés une semaine plus tôt au théâtre. Julien était beau garçon, séduisant, du sex-appeal et elle n’était pas fâchée de faire une petite infidélité à ce goujat d’Antoine qui la baisait bien mais qui la menait en bateau depuis des mois avec son divorce soi-disant imminent. 

Il y avait décidément quelque chose qui clochait avec Julien. Il était arrivé avec un paquet de sucettes. Ensuite pour la séduire, il lui avait joué un solo de guitare maladroit qu’il avait essayé d’agrémenter d’un ding ding au triangle, avec quatre mains c’était déjà difficile mais quand on a quatre pieds, c’est impossible. 

amphitritePlus tard, il lui avait parlé de sa vraie passion, la Grèce antique et la mythologie. Une heure à parler de Pan, de Zeus et d’Héra… tout y était passé, Poséidon, les Nymphes, les Muses, le tonneau des Danaïdes la boite de Pandore. Elle avait espéré quand il s’était lancé dans les aventures extraconjugales d’Aphrodite et les flèches amoureuses de son fils Eros, le petit Cupidon… Elle avait trouvé cela amusant, alors il en avait ajoutée une couche, Léda déguisée en cygne pour séduire Zeus, Le même Zeus en satyre, pour posséder la belle Antiope ; en aigle pour enlever Ganymède ; en nuage, pour plaire à Io. Elle connaissait Io, la génisse des mots croisés… OK ! Mais il y avait aussi Protée transformé en dauphin pour séduire les naïades… 

Tannée par tant d’érudition, elle avait parlé d’un week-end prolongé à Cavalaire en ajoutant qu’il faudrait qu’elle trouve quelqu’un pour garder sa chatte. Il avait immédiatement proposé de prendre Baguera en pension tout en caressant affectueusement l’animal. C’est ce qui avait achevé de mettre à zéro la dernière des velléités libidineuses qu’elle avait éprouvées quand Julien était arrivé séduisant et bronzé, son paquet de sucettes à la main.

Joël