30 septembre 2008

Les doigts d’argent (Sic)

Edouard aux doigts d’argent, c’est mon coiffeur. Ne le cherchez pas à midi à quatorze heure, vous ne le trouverez pas. Pourtant, c’est un doux travailleur. C’est un homme raffiné jusqu’au bout des ongles. Rien n’est laissé au hasard, à part peut-être, son big bazar caché au fond des tiroirs. Il met les cheveux en quatre, même les plus tenaces, les ébouriffés, les ondulés, les frisés.Ah ! Il en défrise plus d’un, même les plus chauves, sans être chauvin. A la vitesse mécanique, presque en tout automatique, il ratiboise, coupe dans le... [Lire la suite]
Posté par Christine_ à 19:46 - - Commentaires [8] - Permalien [#]

12 novembre 2007

Pas un cadeau (Sic)

" Je t'avais pourtant prévenu, la vie ne fait pas que des cadeaux..." dit le portier de St Pierre en souriant pour plaisanter.-L'homme répond : Et maintenant que je suis mort et que je suis sorti enfin de ce paquet. Je vais vous dire ! Oui, à vous ! Vous ! Les éternels et les mortels de ce paradis, ce qu’est vraiment la vie d’en bas. Ce fameux cadeau qu’on m’a donné, je l’ai payé cher !Oui très cher, affreusement cher ! Alors je vais vous dire Pour le cadeau, hein ! Je me permets de tout déballer pour une fois, eh... [Lire la suite]
Posté par Christine_ à 20:28 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
19 janvier 2007

Vol de pigeon (Sic)

Ben vouai monsieur le commissaire!Ya un malentendu, une erreur de personne, quoi!Moi, j'vais vous dire ce qu'il s'est passé, vraiment, hein!Car faut pas écouter tous les zigs qui traînent en zigzag dans tous les coins!Ils se connaissent tous. Allez voir dans le bistrot du coin, vous verrez bien, je vous dis!Vous avez aussi, dans le même registre, l'autre plouc!Celui qui reste en terrasse à faire du zèle, à faire le service!Ca, on peut le dire, il a rendu bien service!Eh ben ! Il n'est pas bavard pour un sou! Sauf pour le pourboire!Ah... [Lire la suite]
Posté par Christine_ à 23:12 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
10 janvier 2007

Jeu d'un vilain (Sic)

VALEREHé quoi ? charmante Elise, vous devenez amnésique, après les obligeantes assurances que vous avez eu la bonté de me donner de votre bon gré ? Je vous vois conteuse, hélas ! au milieu de ma joie. Est-ce du regret, dites-moi, de m'avoir fait heureux, et vous repentez-vous de cet oubli où mes demandes ont pu vous contraindre ? ELISENon, Valère, je ne puis pas me repentir de tout ce que je fais pour vous. Je m'y sens indifférente par une trop douce puissance, et je n'ai pas même la force de souhaiter que les choses... [Lire la suite]
Posté par Christine_ à 00:07 - - Commentaires [6] - Permalien [#]