10 novembre 2008

C’est un hold-up ! (Claudie)

Moi l’ennemi public numéro 1 de la finance, je tiens en joug des otages. Invité surprise au milieu de tout ce gratin en habit noir de pingouin, je dénote. Les banquiers ne connaissent pas la crise, c’est bien connu. Font péter les bouteilles de champagne sans vergogne ; moi, je préfère le crépitement des balles d’un bon pistolet magnum, aux pétillements  des bulles des taux d’intérêt qui s’élèvent dans la récession. Je ne suis pas suicidaire, pas de carnage, juste leur faire les poches dans la douceur. Avec le... [Lire la suite]
Posté par Christine_ à 20:02 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

08 novembre 2008

Sevré gavé frappé, appétit furieux (ppm00)

Pistolet ou champagne le magnum parle de la peur.Une peur viscérale de manquer, d'en laisser à l'ennemi.La science peut tout, la médecine guérit tout, la crise explique tout.Les otages du profit rient de la crise qui se gave d'argent public.Des êtres humains crèveront plus vite que prévu, bon débarras.La pauvreté redeviendra serviable au gratin de la finance, Alléluia.Travailler plus pour manger moins, tout le monde est convié à ce banquet suicidaire.Ceux qui ramassent, robots inanimés communiant dans cette peur depuis l'enfance.Ceux... [Lire la suite]
Posté par Christine_ à 23:22 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
03 novembre 2008

Farandole (Jean-Philippe)

Charlemagne pris un jour son Pistolet à défaut d'empoigner une coupe de Champagne afin de fêter sa gloire contre son plus vieil Ennemi . Il pris l'arme dans la main gauche et de l'autre le Magnum ...ainsi les mains prises, Charlemagne entama une jolie farandole qui surpris quelque peu le public déjà présent dans la rue . Il se dit que ce genre d'animations ferait un malheur lors d'un banquet !! ah prendre en otages les convives et leur raconter ses péripéties , leur expliquer la crise qui ruine la finance autour d'un bon gratin . Leur... [Lire la suite]
Posté par Christine_ à 22:58 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
29 octobre 2008

Treize à la page...

Et voici le nouveau "Treize" que vous attendez tous avec impatience ;) le Treize à la page Règle du jeu : Ecrire un texte contenant obligatoirement les 13 mots listés ci-dessous. Il n'y a pas de limite à la longueur des textes. Cliquez  ICI pour envoyer vos textes (Ne les inscrivez pas dans les commentaires). N'oubliez pas le titre, votre pseudo et éventuellement l'adresse de votre blog ou site personnel. Une petite présentation pour les nouveaux participants serait la bienvenue. Si vous souhaitez... [Lire la suite]
Posté par Roman Kendar à 18:20 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
29 octobre 2008

L'heure verte (Ginette Fanfiole]

Une nuit noire était tombée sur la petite ville, le bar allait fermer.  Le patron nettoyait les tables d’un coup de torchon avant d’y poser les chaises retournées. La serveuse finissait d’essuyer les verres. Guillemin, la tête entre les mains, se remémorait la suite d’évènements qui l’avait mené là.Il se faisait une joie de voir la jolie Zélie. Il s’était levé en sifflotant, mis en gaieté à l’idée de leur rendez-vous pour déjeuner. Un repas professionnel soi-disant, un prétexte pour déjeuner en tête à tête. Ils devaient se... [Lire la suite]
Posté par Christine_ à 01:19 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
23 octobre 2008

Prochainement...

... sur Autourdesmots, un nouveau treize à la douzaine... mais nous n'en dirons pas plus... Vite à vos clavier pour terminer en apothéose la dernière consigne.  Nous attendons vos textes ;)  L'équipe Autourdesmots PS : Pour ne pas manquer le prochain Treize... abonnez-vous à la newsletter..."c'est SANS DANGER" ;o)
Posté par Christine_ à 11:24 - - Commentaires [7] - Permalien [#]

12 octobre 2008

De l'abus qui vous isole (Maureen MQuinn)

Une nuit noire était tombée sur la petite ville, le bar allait fermer… Elle avait passé sa soirée à danser entourée des plus affamés du coin. Il m’a bien fallu trois minutes pour l’attraper et nous dégager de cet empyreume délétère. Je l’ai poussé jusque dans la rue alors qu’elle braillait tel le veau qu’on égorge. Ca l’avait rendue dingue que j’abrège une nouvelle fois encore et au corps ses badineries. Et cette fois là visiblement, elle avait tenu à marquer le coup… Elle avait bu, beaucoup. Mais le froid et mes blâmes... [Lire la suite]
Posté par Christine_ à 13:11 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
11 octobre 2008

Sombre dimanche (Claudie)

Une nuit noire était tombée sur la petite ville, le bar allait fermer. Je savais  bien que Dieu était un fumeur de havane, mais la lourde fumée qui flottait piquait bougrement  les yeux. Une fumée de  havane ? Un relent de vieille gitanes sans filtre plutôt. La pluie qui tombait sans arrêt depuis le début de l’après-midi ne pressait pas les personnes à sortir dans la nuit froide de l’oubli. Cela faisait maintenant quatre heures que je sirotais un whisky infâme,... [Lire la suite]
Posté par Christine_ à 18:45 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
10 octobre 2008

Visions (Edith Urbaniak)

Une nuit noire était tombée sur la petite ville, le bar allait fermer... Je me levais de mon siège en disant aux amis qu'il était tant de rentrer, surtout que l'on avait déjà pas mal consommé, nous étions venus dans ma voiture, une de ces puissantes voitures allemandes,  de suite m'emboîtant le pas, mes amis me suivirent en proposant de terminer la soirée dans une discothèque. La lune brillait d'un éclat si particulier sur le parking où j'avais laissé mon véhicule que je sentais presque ses rayons me toucher. Au moment où... [Lire la suite]
Posté par Christine_ à 23:58 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
08 octobre 2008

Souplesse relative (Christine)

Marion… Une nuit noire était tombée sur la petite ville, le bar allait fermer... Marion proposa alors une virée en boite de nuit. Son amoureux fit la moue, il n’avait pas envie d’aller en boite mais gentiment lui proposa quand même de l’y amener si elle le souhaitait. Elle refusa. Marion était une jeune fille au caractère très affirmé, ce qui lui donnait un charme singulier, fascinant. Elle avait 18 ans, blonde, très belle, très sûre d’elle. Aubain était fier d’être son ami du moment. Il savait que c’était la... [Lire la suite]
Posté par Roman Kendar à 18:41 - - Commentaires [11] - Permalien [#]