24 février 2009

Si pauvre !!! (Claudie)

Dans le dédale du cosmos, le syndrome de la politique ne m’atteint plus. Emphase de la rhétorique, analyse du gallicisme, faut-il que je parle par ellipse ou que je tente d’être synchrone avec l’apostrophe de  tous ces saints qui continuent à m’envoyer pléthore de leurs messages ?  Certains en caractère gras soulignent ma pauvreté face à la richesse des mots Enseignement, début, fin, encore, toujours.... Claudie La consigne ==> ICI
Posté par Christine_ à 08:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

01 janvier 2009

Le Père Noël n'est pas une ordure (Claudie)

Je suis au milieu de la foule, la neige fond, grise, sale sur les trottoirs où les gens se pressent à cette heure tardive ;  magasin pleins de lumières des guirlandes qui pendent pour inviter les derniers acheteurs  du cadeau oublié. Je n’ai pas la joie à me gaver de cette éternelle dinde farcie aux marrons, elles  me glacent ces  traditions, m’obligeant à réveillonner parce que c’est, le, repas de famille annuel. Et si au lieu de m’asseoir au milieu de ces convives qui se croient obligés de se... [Lire la suite]
Posté par Christine_ à 15:52 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
10 novembre 2008

C’est un hold-up ! (Claudie)

Moi l’ennemi public numéro 1 de la finance, je tiens en joug des otages. Invité surprise au milieu de tout ce gratin en habit noir de pingouin, je dénote. Les banquiers ne connaissent pas la crise, c’est bien connu. Font péter les bouteilles de champagne sans vergogne ; moi, je préfère le crépitement des balles d’un bon pistolet magnum, aux pétillements  des bulles des taux d’intérêt qui s’élèvent dans la récession. Je ne suis pas suicidaire, pas de carnage, juste leur faire les poches dans la douceur. Avec le... [Lire la suite]
Posté par Christine_ à 20:02 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
11 octobre 2008

Sombre dimanche (Claudie)

Une nuit noire était tombée sur la petite ville, le bar allait fermer. Je savais  bien que Dieu était un fumeur de havane, mais la lourde fumée qui flottait piquait bougrement  les yeux. Une fumée de  havane ? Un relent de vieille gitanes sans filtre plutôt. La pluie qui tombait sans arrêt depuis le début de l’après-midi ne pressait pas les personnes à sortir dans la nuit froide de l’oubli. Cela faisait maintenant quatre heures que je sirotais un whisky infâme,... [Lire la suite]
Posté par Christine_ à 18:45 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
14 septembre 2008

Pas de marbre (Claudie)

Je me demande ce que cet homme me trouve.  Il me  tourne autour, recule d’un pas, se rapproche, s’éloigne encore. Pourtant, je n’ai  rien d’une Vénus, moi  hideuse sculpture aux lignes informes, sans charme aucun. Je garde la tête froide, ne bouge pas, je suis  heureuse d’être enfin admirée. Je suis restée si longtemps enfermée dans ce sous sol infâme, vieillissant, sans qu’aucun regard ne vienne se poser pour me rappeler que je suis  une femme. Ma poitrine... [Lire la suite]
Posté par Christine_ à 19:49 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
04 mars 2008

Chez Gégé (Claudie)

Alfred Lombard "Le bar N à Marseille"Perchée sur un tabouret au comptoir de l’estaminet « chez Gégé », elle sirotait un jus trop sucré, en attendant le pigeon qui lui permettrait de lui piquer quelques billets. Oh, pas en lui subtilisant son larfouillet, pas folle la môme, non, en tant que pétroleuse réputée, elle pousserait la lourde de sa tôle au 1er étage. Un calin pour des hommes à la recherche de coquineries que leurs régules ne font pas, pour quelques billets bien craquants. Elle allume une clope et un courant d’air,... [Lire la suite]
Posté par Christine_ à 20:16 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
10 février 2008

Sur le macadam (Claudie)

L’homme allongé sur le macadam mangeait des fraises. A ses côtés, une très longue chevelure rousse enveloppait le corps nu d’une diablesse aux longues mains quasiment diaphanes, posées sur ses genoux : elle méditait ; offrant sa beauté aux passants interloqués qui n’osaient s’arrêter, pour goûter à cette insolence des corps exposés. L’homme prenait délicatement chaque fraise dans une coupe et, d’un geste lascif, la portait à sa bouche charnelle, teintée carmin par le jus de la fraise.  Les  lèvres entouraient... [Lire la suite]
Posté par Christine_ à 19:21 - - Commentaires [1] - Permalien [#]