L’homme allongé sur le macadam mangeait des fraises.

A ses côtés, une très longue chevelure rousse enveloppait le corps nu d’une diablesse aux longues mains quasiment diaphanes, posées sur ses genoux : elle méditait ; offrant sa beauté aux passants interloqués qui n’osaient s’arrêter, pour goûter à cette insolence des corps exposés.

L’homme prenait délicatement chaque fraise dans une coupe et, d’un geste lascif, la portait à sa bouche charnelle, teintée carmin par le jus de la fraise. 

Les  lèvres entouraient ce fruit, et d’un coup de dent sec, croquait. Le jus coulait le long de ses commissures. Son index droit, essuyait lentement cette coulure, d’une façon absente, il ne fallait pas que ce geste se substitue au  plaisir sensuel que semblait lui provoquer, le jus de la fraise qu’il avalait.

Les passants les plus hardis, de loin, par fausse pudibonderie, regardaient. Cachés derrière leur lunettes de soleil, seul écran pour dissimuler leurs émois, réveillant pour certains une libido qu’ils croyaient endormie depuis si longtemps, devant ce délicieux tableau.

Un léger frisson parcouru le corps dénudé de la jeune femme. Un homme s’enhardit et d’un  geste vif, attrapa une étole de satin inutilement à terre et la jeta, plutôt qu’il ne l’enveloppa, sur la jeune femme, comme l’artiste couvre son œuvre.

Par  ce geste plein de mansuétude, il a séparé ce couple enlacé, qui goûtait leurs lèvres. Il venait de casser les phantasmes de certains de ces spectateurs qui, debout, immobiles, silencieux, admiraient depuis un moment ce tableau vivant, posé dans la rue, telle une oeuvre d’art.

Claudie

La consigne ==> ICI